Retour à l'Accueil

Valréas : Chapelle des pénitents blancs, un théâtre de l’au-delà.


À gauche de la cathédrale, une magnifique grille, quelques marches, un jardin de curé, poussez la porte : somptueux, couleurs éclatantes, le décor baroque de la longue nef rectangulaire des Pénitents Blancs laisse sans voix. Sur le plafond plat à damier de roses rouges et bleues alternées, les « Conformités » franciscaines interpellent : sur une croix, le bras droit nu du Christ la main percée, croise le bras gauche vêtu de bure de saint François à la main trouée du stigmate, insatiable chercheur de la « conformité » au modèle divin. Plus avant, le cœur divin percé d’une lance et des trois clous de la crucifixion entrelacés de la couronne d’épines. Baissez les yeux, un double rideau de théâtre écarlate en trompe l’œil ouvre sur l’autel : scène de théâtre ou Cène Christique ? Ambiguïté du Baroque. Tableaux, boiseries sombres, lustres de cristal, ex-voto, balustrade en trompe-l’œil… Sur une lanterne de procession, je lis : Societas Gonfalonis - la Société du Gonfalon - pas de doutes ! Nous sommes en terre papale… vers 1600, époque où l’architecture, l’art, la couleur, l’image, concourent à préparer les cœurs les plus endurcis à la conversion. Nous sommes devant un condensé du programme artistique de la Contre-réforme... Tournez le dos aux rideaux ouverts sur l’autel et marchez vers l’autre rideau rouge ouvrant sur la sortie : vers ce monde baroque qui, selon Shakespeare, est lui aussi « une scène … [où ] chacun fait ses entrées, chacun fait ses sorties… » Surplombant le jardin de curé, sur sa motte féodale, le formidable donjon Ripert protège la chapelle ; ou est-ce la chapelle qui protège la Tour ? Ces doubles rideaux rouges ouvrant sur le Ciel et sur le Monde bousculent vos certitudes ? Serait-ce leur fonction ? Au-delà des rideaux, Visiteur, le Monde vous attend...

François-Marie Legœuil


Les Conformités franciscaines L’autel et sa Gloire La sortie entre les rideaux rouges...

Me contacter ? cliquez ici