Retour à l'Accueil

Valréas : Chapelle des pénitents blancs, un théâtre de l’au-delà.


À gauche de la cathédrale, une magnifique grille, quelques marches, un jardin de curé, poussez la porte : somptueux, couleurs éclatantes, le décor baroque de la longue nef rectangulaire des Pénitents Blancs laisse sans voix :
Sur le plafond plat à damier de roses rouges et bleues alternées, les « Conformités » franciscaines interpellent : sur une croix, le bras droit nu du Christ la main percée, croise le bras gauche vêtu de bure de saint François à la main trouée du stigmate, insatiable chercheur de la « conformité » au modèle divin : Plus avant, le cœur divin percé d’une lance et des trois clous de la crucifixion entrelacés de la couronne d’épines : Baissez les yeux, un double rideau de théâtre écarlate en trompe l’œil ouvre sur l’autel : scène de théâtre ou Cène Christique ? Ambiguïté du Baroque : Tableaux, boiseries sombres, lustres de cristal, ex-voto, balustrade en trompe-l’œil… Sur une lanterne de procession, je lis : Societas Gonfalonis - la Société du Gonfalon - pas de doutes ! Nous sommes en terre papale… vers 1600, époque où l’architecture, l’art, la couleur, l’image, concourent à préparer les cœurs les plus endurcis à la conversion. Nous sommes devant un condensé du programme artistique de la Contre-réforme... Tournez le dos aux rideaux ouverts sur l’autel et marchez vers l’autre rideau rouge ouvrant sur la sortie : vers ce monde baroque qui, selon Shakespeare, est lui aussi « une scène … [où ] chacun fait ses entrées, chacun fait ses sorties :  »
Surplombant le jardin de curé, sur sa motte féodale, le formidable donjon Ripert protège la chapelle ; ou est-ce la chapelle qui protège la Tour ? Ces doubles rideaux rouges ouvrant sur le Ciel et sur le Monde bousculent vos certitudes ? Serait-ce leur fonction ? Au-delà des rideaux, Visiteur, le Monde vous attend...

François-Marie Legœuil


Me contacter ? cliquez ici