Retour à l'Accueil

1671, Mme de Grignan descend le Rhône

« Ah ! ma bonne, quelle lettre ! Quelle peinture de l’état où vous avez été ! et que je vous aurais mal tenu ma parole, si je vous avais promis de n’être point effrayée d’un si grand péril ! Je sais bien qu’il est passé. Mais il est impossible de se représenter votre vie si proche de sa fin, sans frémir d’horreur. Et M. de Grignan vous laisse conduire la barque ; et quand vous êtes téméraire, il trouve plaisant de l’être encore plus que vous ; au lieu de vous faire attendre que l’orage fût passé, il veut bien vous exposer, et vogue la galère ! Ah mon Dieu ! qu’il eût été bien mieux d’être timide, et de vous dire que si vous n’aviez point de peur, il en avait, lui, et ne souffrirait point que vous traversassiez le Rhône par un temps comme celui qu’il faisait ! Que j’ai de la peine à comprendre sa tendresse en cette occasion ! Ce Rhône qui fait peur à tout le monde ! Ce pont d’Avignon où l’on aurait tort de passer en prenant de loin toutes ses mesures ! Un tourbillon de vent vous jette violemment sous une arche ! Et quel miracle que vous n’ayez pas été brisée et noyée dans un moment ! Ma bonne, je ne soutiens pas cette pensée, j’en frissonne, et m’en suis réveillée avec des sursauts dont je ne suis pas la maîtresse. Trouvez-vous toujours que le Rhône ne soit que de l’eau ? De bonne foi, n’avez-vous point été effrayée d’une mort si proche et si inévitable ? Avez-vous trouvé ce péril d’un bon goût ? Une autre fois ne serez-vous point un peu moins hasardeuse, une aventure comme celle-là ne vous fera-t-elle point voir les dangers aussi terribles qu’ils sont ? Je vous prie de m’avouer ce qui vous en est resté ; je crois du moins que vous avez rendu grâce à Dieu de vous avoir sauvée. Pour moi, je suis persuadée que les messes que j’ai fait dire tous les jours pour vous ont fait ce miracle. »

Mme de Sévigné à Mme de Grignan, le 4 mars 1671