Retour à l'Accueil

Avignon, basilique Saint-Pierre : Mise au Tombeau

Cet ensemble sculptural complet et récemment restauré résume symboliquement en trois étapes toute l’histoire du Monde, de la Genèse au Nouveau Testament, c’est-à-dire de la chute d’Adam et Ève à la mort du Christ sur la Croix pour le rachat des Hommes :

1°) Partant de la voûte -symbolisant le Paradis- un grand Christ en croix vient d’expirer, c’est « la neuvième heure » de l’Évangile, trois heures de l’après-midi pour nous… Il est représenté plus grand que tous les autres personnages : façon de signifier que c’est bien lui qui compte ici. Le bois de sa croix est planté dans le sol, plus précisément dans un petit tas de cette même poussière avec laquelle nos premiers parents furent créés : « Tu es poussière et tu retourneras à la poussière » (Genèse 3-19). Le crâne d’Adam est là, dans la poussière, au pied de la Croix sur laquelle vient de mourir le Christ, nouvel Adam de l’Humanité rachetée... le serpent provocateur de la Chute l’enserre de ses anneaux pour nous rappeler que le Tentateur rôde toujours. Du reste, il présente encore la pomme entre ses dents, image de notre faiblesse originelle. Regardons attentivement : quatre petites fleurs poussent sur ces débris, symboles de l’espoir ou plutôt de l’espérance qui nous est offerte… et aussi rappel du destin des hommes depuis Adam : « Il naît, il est coupé comme une fleur, il fuit et disparaît comme une ombre. » (Job 14-2) Et bien sûr comme c’est toujours le cas, le Christ en croix est encadré, à gauche (c’est-à-dire sur sa droite) par Marie sa mère, et à droite par saint Jean, « le disciple que Jésus aimait. » De la poussière d’Adam au Christ, du premier Homme pécheur au Christ Rédempteur, c’est bien la quintessence de l’aventure humaine qui nous est contée...

2°) Dessous ce premier groupe, un « enfeu » creusé dans la muraille symbolise parfaitement l’intérieur d’un tombeau, celui dans lequel le Christ fut enseveli. Nous regardons une mise en scène dont la vogue dura deux siècles : XIV et XVe et dont les acteurs et leur disposition resteront inchangés sur toute la période. Au premier plan, le Christ, personnage central, comme il était aussi central à l’étage au-dessus.

Deux hommes le soulèvent pour le poser sur son suaire. Deux hommes riches, pharisiens, membres du Sanhédrin, le grand conseil du Temple qui condamna Jésus. Deux hommes d’âge mûr, comme le souligne leur barbe soignée, deux hommes importants qui jusqu’ici cachaient plutôt leur foi, mais prenant ici fermement parti comme ils venaient de le faire pour essayer de le sauver de la mort.
Soutenant la tête, Joseph d’Arimathie. Les quatre évangélistes nous en parlent : C’est lui qui a donné ce tombeau tout neuf qu’il avait fait creuser pour sa famille (Jean 19, 30-42). C’est lui aussi qui est allé demander l’autorisation de déclouer le Sauveur et de l’ensevelir avant le Sabbat. D’habitude, on le représente très richement vêtu et coiffé d’un somptueux turban. Ici, on devine simplement que sa robe est d’un riche et luxueux tissu. Toutefois, la bourse qui pend à sa ceinture indique son rang et sa fortune. Celui qui soulève les pieds, c’est Nicodème, également membre du Sanhédrin qui connaît très bien Jésus et depuis longtemps. Saint Jean est le seul à nous en parler, mais à trois reprises. C’est lui qui était allé trouver Jésus pour converser avec lui, mais prudent il l’avait fait de nuit de crainte de se compromettre (Jean 3:1 21). Jean, encore lui, nous raconte comment Nicodème défend Jésus devant les docteurs pharisiens (Jean 7:45-51) Enfin, Jean toujours lui, nous montre Nicodème, apportant « cent livres de myrrhe et d’aloès » -une dépense considérable- pour embaumer le Christ. (Jean 19 : 39-42)

Derrière ces trois personnes, un groupe de cinq personnages. Au centre, les trois Marie : la Vierge Marie, abimée de douleur devant le corps de son fils, soutenue à droite, par sa parente Marie – épouse de Cléophas – la mère des apôtres Jacques le Mineur et Jude et du martyre Siméon- que Jean nous montre accompagnant le Christ dans sa montée au Calvaire et revenant aussi le dimanche de Pâques pour trouver le tombeau vide. Les évangélistes l’appellent « l’autre Marie ».

À gauche, c’est Marie Salomé qui soutient la Vierge. C’est l’épouse de Zébédée un patron pêcheur de Capharnaüm au bord du lac de Tibériade. C’est la mère de deux apôtres, Jacques (le Majeur) et saint Jean. Elle suivait Jésus avec la foule des disciples pour s’imprégner de son enseignement. C’est elle qui eut le culot maternel de lui demander de réserver une place à sa droite pour ses deux fils dans le Royaume… (Matthieu 20 20)

Et enfin, tout à droite, Marie-Madeleine – la Marie qui habitait Magdala d’où son nom et que Jésus délivra de « sept démons » (Luc 8 - 2). On la reconnaît comme toujours grâce à sa belle chevelure bouclée et à son pot de parfum… La tradition l’assimile à trois femmes évoquées dans les Évangiles : Marie de Magdala comme dit ci-dessus ; Marie de Béthanie sœur de Marthe et de Lazare (Jean 11 ; 12) C’est celle qui ne perdait pas un mot de ce que disait Jésus tandis que Marthe en bomme maîtresse de maison s’activait à préparer le repas tout en se plaignant que sa sœur désertait la cuisine pour écouter le Christ. Et enfin, ce serait aussi la pénitente repentie qui verse un vase de parfum couteux sur les pieds de Jésus, tandis que Judas le trésorier des Apôtres - le futur traître – récrimine que cet argent aurait dû profiter aux pauvres... La tradition provençale raconte qu’elle aurait débarqué aux Saintes-Maries avec Lazare, Sarah et les autres Marie, qu’elle aurait évangélisé la Provence et terminé sa vie en ermite dans la grotte de la Sainte-Baume à Saint-Maximin...

Ces saintes femmes seront présentes au tombeau vide au petit matin de Pâques… c’est là, sous les oliviers que le Christ apparaîtra alors à Marie-Madeleine qui le prendra pour le jardinier…

Notons que tous les âges sont ici représentés : la jeunesse avec Marie-Madeleine et saint Jean ; la vieillesse avec la Vierge et Joseph d’Arimathie dont la barbe trahit l’âge ; et enfin l’âge mûr avec Nicodème et les « autres Maries ».
Les conditions sociales vont des modestes « autres Marie , » aux riches, instruits et influents Nicodème et Joseph d’Arimathie.

En forme de clin d’oeil, je remarque que ce groupe du Moyen-Âge fait la nique à notre XXIe siècle triomphant dans son paritarisme féministe : quatre hommes pour quatre femmes. Et si on met de côté Jésus comme il se doit, on a alors quatre femmes pour trois hommes : saluons ce XIVe siècle que l’on s’obstine à trouver obscurantiste !

3°) Enfin, dernier étage ou étape de cette Mise au Tombeau, l’autel du Sacrifice de la Messe sans lequel cette symbolique Histoire du Monde serait incomplète. En effet, cet autel nous rappelle la Résurrection sans laquelle nous dit saint Paul la Foi serait vaine ( 1 Corinthiens 15 ) Cet autel est solidement posé sur le sol, signifiant que c’est « Hic et Nunc » (ici et maintenant) que cette histoire est vécue :

Enfin, ce voyage à travers l’Histoire du Monde serait incomplet sans un rappel à l’éternelle vanité humaine : sur le bord supérieur de l’enfeu, celui qui a financé ce beau groupe n’a pu se retenir d’y graver son blason… comme le souligne depuis la nuit des temps l’Ecclésiaste : ici-bas « Vanité des vanités, tout n’est que vanité » :

Une telle composition a-t-elle encore sa place au XXIe siècle ?

Aujourd’hui où la mort est l’un des derniers tabous, insupportable pour la plupart de nos contemporains, qu’éprouvons-nous face à ces huit statues ? Comme toutes les autres Mises au Tombeau, le groupe d’Avignon ne suscite pas l’horreur du supplice ni l’angoisse de la mort. Bien au contraire. Regardez attentivement chacun des personnages, son regard, son attitude, son comportement. Il se dégage de cet ensemble de statues une noblesse, une solennité paisible, un recueillement, un regard apaisé sur la mort qui vous proposent et vous ouvrent la perspective d’un au-delà… Ce n’est pas le spectacle d’une fin, mais celui d’un commencement. Le rideau ne se baisse pas, il se lève.

Mise au Tombeau de Saint-Trophime à Arles :
copie conforme de celle d’Avignon ?

Commandé pour la chapelle funéraire d’un riche marchand de la ville dans l’église des Dominicains au tout début du XVIe s., ce grand groupe sculpté (photo juste ci-dessus) fut transporté à la cathédrale Saint-Trophisme après la Révolution. On a découvert tout récemment que le « prix fait » (bon de commande) de cette Mise au Tombeau avait expressément prévu qu’elle serait une copie fidèle de celle d’Avignon, plus ancienne. La comparaison des deux groupes sculptés montre que ce fut une réussite comme l’atteste sur la photo ci-dessous, le groupe d’Arles agrandi :

François-Marie Legœuil, mai 2021
Me contacter ? cliquez ici