Retour à l'Accueil

Les Bienheureuses (saison 3) : Orange, chapelle expiatoire de Gabet

10 mai 1793, le Comité de Salut Public de Paris crée à Orange la Commission populaire pour épurer le Vaucluse. L’opération est un modèle de planification : des ingénieurs sont engagés pour choisir le meilleur terrain pour enterrer les futurs condamnés ; Ils font creuser trois immenses fosses et stocker des tonnes de chaux vive pour éviter l’infection : cette préparation professionnelle permettra en 47 jours d’exécuter 332 personnes, dont 32 religieuses qui furent béatifiées le 10 mai 1925.

En 1832, une chapelle expiatoire est édifiée sur les fosses communes, siège, chaque 9 juillet, d’un pèlerinage très suivi. Un de ces « lieux où souffle l’esprit », poignant, isolé dans les vignes, un immense crucifix entouré d’un bouquet de tilleul et de cyprès où le mistral pleure ces jours de folie… une façade si simple si émouvante entre ses deux énormes platanes multi centenaires.
À l’intérieur, les noms des 32 religieuses guillotinées pour refus de renoncer à leurs vœux, des 36 prêtres refusant le serment à la Convention, des 264 autres malheureux coupables d’être là au mauvais moment, des gravures, des images, des ex-voto témoignent de la ferveur de beaucoup. En sortant, arrêtez-vous : encadré par les deux platanes géants, un très long rectangle pelé enserré de chaînes s’allonge entre les vignes : la chaux remontant des fosses raréfie l’herbe…


Ce lieu de mémoire, de ferveur, de dévotion vous attend chaque 9 juillet pour le pèlerinage commémoratif.

François-Marie Legœuil

Me contacter ? cliquez ici