Retour à l'Accueil

Deux cathédrales, pour un archevêque et un évêque « titulaire » : c’est Vaison-la-Romaine !

En général, pour des raisons défensives historiques, les villes hautes sont les plus anciennes, leur développement moderne se faisant ensuite dans la plaine pour faciliter les communications. À Vaisons, c’est l’inverse. Bénéficiant de la Pax Romana, la ville antique puis médiévale s’était largement étendue sur la rive nord de l’Ouvèze, l’autre rive étant constitué d’une falaise à pic. Commencée au XIe siècle à l’ouest de l’ancienne ville romaine et médiévale, son imposante et splendide ancienne cathédrale romane Notre-Dame-de-Nazareth vous laissera un souvenir marquant. Amusez vos enfants à retrouver pierres et motifs romains réemployés sur les murs extérieurs. Montrez-leur au fond de l’église, les fondations de l’antique baptistère gallo-romain, et dans le chœur, la cathèdre épiscopale en pierre qui a servi jusqu’à la Révolution. Côté gauche de la splendide nef romane passez la porte, c’est le cloître... roman lui aussi, de beaux chapiteaux, d’émouvantes pierres tombales rassemblées en désordre pour un hypothétique musée lapidaire roman. De la galerie nord, retournez-vous vers le clocher et amusez-vous à déchiffrer, sculptée à mi-hauteur, la très longue phrase en belles capitales romaines. Attention, c’est piégé : les mots ne sont pas séparés selon la coutume antique, et les nombreuses abréviations contribuent à rendre la tâche impossible. Ne paniquez pas : Stendhal et Mérimée ont essayé presque en vain d’en tirer une traduction ayant un sens…
Pour éviter de laisser patiner trop longtemps ceux dont le latin est trop loin et qui donnent pour excuse d’avoir oublié leur Gaffiot, voici la traduction que l’érudit Léon-Honoré Labande en donne en 190. Pour vous mâcher le travail, il a séparé chaque mot et vous a rempli les abréviations : Notre érudit en tire la traduction suivante : « Mes frères, vainquez l’aquilon en vous rapprochant du cloître, parce qu’ainsi vous viendrez du côté de l’auster ; le nid aux quatre parties sera envahi par une paix flamboyante, en arrivant par les douze veines des pierres ». Comme on le voit, une simple petite recommandation météo pour moines frileux ! C’était bien la peine d’avoir engagé un tailleur de pierres de métier, pour graver pour la postérité un texte pareil… C’est que ce texte doit posséder un sens spirituel très important… Méditez mes amis ! si vous êtes à la retraite ce sera une bien belle occupation qui fera travailler vos neurones pour les tenir loin d’Alzheimer.
Mais les évènements allaient bientôt se charger de problèmes bien plus importants que les rhumatismes dispensés par les Aquilons et les Austers…
Vers 1160, le Comte de Toulouse, marquis de Provence, ruine Vaison en quelques années et en quelques chevauchées, pour en punir l’évêque de ne pas reconnaitre sa suzeraineté. Les habitants délaissent alors l’antique cité et se réfugient par sécurité sur la colline abrupte de l’autre côté de l’Ouvèze, abandonnant la ville basse et leur cathédrale qu’ils ne re-investiront que 7 siècles après lorsque la paix définitive leur paraitra revenue. Suivez-les, traversez les vastes ruines romaines, jetez en passant un coup d’oeil au théâtre antique, passez le pont fameux qui a résisté à 2.000 ans d’inondations y compris la terrible dernière du 22 septembre1992.

Escaladez les tortueuses ruelles médiévales vers la « nouvelle » cathédrale, celle du XIVe, si petite, aujourd’hui si décrépie, si pauvre, si abandonnée à son tour, mais si émouvante dans son dénuement que deux siècles séparent de son aînée, la majestueuse cathédrale romane. La petite dernière est en train de renaître : un mécène suisse vient de la doter de vitraux du célèbre peintre dominicain franco-coréen Kim En Joong qui avait déjà dessiné ceux de Brioude, Ganagobie, Angoulème, Évry, Fontfroide et beaucoup d’autres en France et en Europe.

L’évêché est supprimé en 1790 lors de la réunion du Comtat à la France - comme ceux d’Apt, Cavaillon, Carpentras, Orange - et l’archidiocèse d’Avignon prend alors le nom d’Archidiocèse d’Avignon-Apt-Cavaillon-Carpentras-Orange-Vaison. 2019 voit la renaissance du titre : le Pape François nomme l’évêque auxiliaire de Versailles Mgr Bruno Valentin évêque titulaire de la cathédrale Notre-Dame-de-Nazareth de Vaison-la-Romaine. Mais ce n’est qu’un simple titre… Vaison reste bien entendu sous la crosse de l’évêque d’Avignon. Mgr Valentin y vint en février 2019 célébrer les dernières messes de la neuvaine à Saint Quenin, le saint patron des lieux. Vous le voyez ici, devant la statue de saint Quenin que l’on a vêtue et mitrée pour l’occasion
Le bulletin paroissial raconte : « Après 219 ans d’absence, nous avons le plaisir d’accueillir pour la fin de notre neuvaine à Saint Quenin, Mgr Bruno Valentin, évêque titulaire de l’ancien diocèse de Vaison, qui n’avait pas eu d’évêque depuis.. 1802 ! C’est aujourd’hui à titre honorifique qu’un évêque y est nommé, puisque nous dépendons toujours du diocèse d’Avignon. Mgr Valentin est évêque auxiliaire à Versailles depuis 2018… Pour l’accueillir dignement, ce soir à la messe nous avons chanté un couplet de l’hymne à saint Quenin : « Heureux Vaison le voilà sur le trône / L’évêque saint tant de jours attendu / Comme il l’a dit le Seigneur te le donne / Réjouis-toi ton enfant t’est rendu. » Mgr a ensuite accepté de prendre place sur la cathèdre de pierre toujours visible dans la cathédrale dans le chœur, moment émouvant, et historique ! »

François-Marie Legœuil, juin 2021
Me contacter ? cliquez ici